Délégationde Haute-Savoie

Nouvelles des personnes migrantes arrivées dans le bassin annécien

Plan hivernal et perspectives après l’urgence humanitaire

Beaucoup d’entre vous ont appris, au moins par les journaux, l’arrivée inattendue d’un important groupe de migrants africains à Annecy à la fin de septembre. D’environ 350 qu’ils étaient, ils sont restés une centaine. Ce sont uniquement des hommes jeunes.

Migrant venu du Soudan.

publié en janvier 2018

Si ce flux migratoire est connu depuis longtemps déjà dans le sud-est de la France, c’est un événement nouveau dans notre territoire de Haute-Savoie et il a pris au dépourvu tout le réseau associatif qui habituellement accompagne ces personnes. Dans un premier temps, il a fallu faire face à l’urgence humanitaire : nourriture, couvertures, vêtements chauds… La mobilisation citoyenne et associative a été efficace et bienveillante. Le plus difficile a été l’hébergement.

Par ailleurs, le déclenchement du plan hivernal de la préfecture, effectif depuis le 2 novembre, a permis de mettre à l’abri les familles avec enfants (soit trente-cinq personnes), et à partir du 6 novembre, la chapelle des Capucins (propriété de la ville d’Annecy) a pu commencer à accueillir la plupart des personnes à la rue (actuellement quatre-vingts personnes) et à assurer les repas quotidiens. (1 repas chaud est servi tous les midis sauf samedi et dimanche, accompagné d’un encas froid pour le dîner). Cela durera jusqu’à la fin du plan hivernal, début d’avril 2018.

Localement : les actions de la délégation du Secours Catholique de Haute-Savoie

Le réseau local d’Annecy a été informé et sollicité pour apporter individuellement nourriture, vêtements, couvertures, duvets… L’équipe des demandeurs d’asile s’est fortement mobilisée pour participer à l’accompagnement de ces migrants dans la constitution de leurs dossiers de demande d’asile, les cours de français ont été renforcés, avec entre autres, la venue de nouveaux bénévoles et la mise à disposition par le diocèse d’un appartement proche de la délégation. Et nous avons multiplié les contacts avec les autorités institutionnelles.

Après l’urgence humanitaire, quelles sont les perspectives ?

Des réunions régionales ont lieu en ce moment pour partager les expériences et envisager comment faire face à l’avenir. La collaboration avec les autres associations locales est fondamentale, l’autre volet étant l’interpellation des autorités institutionnelles.

En qualité d’association humanitaire, nous pouvons contribuer à un accompagnement plus humain, mais nous n’avons ni le pouvoir ni les moyens de nous substituer à l’État.

N’hésitez pas à nous questionner, à nous faire part de vos réflexions et de vos idées.

Un grand merci à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, se sont impliqués et s’impliquent toujours auprès des migrants quelle que soit leur origine.

Jacqueline Laura
Secours Catholique Haute-Savoie

Imprimer cette page

Faites un don en ligne